Aller au contenu principal

Menu secondaire (Potrail)

Thierry Jousse

Novembre/Décembre 2018

Le ciné-club de Thierry Jousse

Thierry Jousse vous propose, un dimanche sur deux à l’Arlequin, un vagabondage dans l’histoire du cinéma, du muet aux années 90, agrémenté d’un indispensable échange avec le public.

PROCHAINS RENDEZ-VOUS :

► DRESSÉ POUR TUER de Samuel Fuller | 25 novembre à 11h

Le mot de T.J : Dernier grand film de Samuel Fuller, adapté en 1982 d’un roman de Romain Gary, Dressé pour Tuer (White Dog en version orginale !) est un film d’une intensité rare. Les questions raciales sont au centre de cette fable éminemment politique qui, comme toujours chez Fuller, n’est ni confortable, ni convenue. Troué de fulgurances, Dressé pour Tuer est typique d’un styliste qui aime saisir son spectateur à la gorge, tout en gardant une imparable morale de cinéaste. Un grand film méconnu qu’il est bon de redécouvrir. Avec, en prime, une splendide musique d’Ennio Morricone.

► LA DAME DE SHANGHAÏ de Orson Welles | 9 décembre à 11h

Le mot de T.J : La Dame de Shanghaï a beau être un classique du film noir, et du cinéma américain tout court, qu’on le découvre ou qu’on le revoit, on est toujours sidéré par l’incroyable invention d’un cinéaste qui avait, en 1947, toutes les audaces. Baroque, vénéneux, électrique, c’est sans doute le film d’Orson Welles où il déploie avec le plus de bonheur ses tours de prestidigitateur. La présence de Rita Hayworth, sublime femme fatale avec laquelle le cinéaste était, à cette époque, en plein divorce, ajoute une touche de magnétisme sensuel et de mystère à ce film fascinant qui ne manque pas de scènes cultes. La Dame de Shanghaï prouve que l’inépuisable modernité d’Orson Welles est toujours d’actualité.

► THE PARTY de Blake Edwards | 23 décembre à 11h

Le mot de T.J : S’il y a bien un film qui incarne une certaine idée du bonheur, c’est bien The Party, fantaisie burlesque et psychédélique signée, en plein flower power, par un grand cinéaste éternellement sous-estimé et, ici, au mieux de sa forme. Une idée du bonheur teintée de mélancolie et de trivialité qui s’incarne à travers une soirée hollywoodienne qui dégénère méthodiquement pour notre plus grand plaisir. Un vrai film de fête, rythmé par une élégantissime bande-son signée Henry Mancini dans lequel Peter Sellers incarne génialement un acteur indien complètement égaré dans un monde qu’il dérange et désarticule au fil de ses gaffes. Définitivement, une idée du bonheur à partager sans modération.

En partenariat avec France Musique

Thierry Jousse :
Après avoir été rédacteur en chef des Cahiers du cinéma entre 1991 et 1996, il écrit sur la musique dans Jazz Magazine et Les Inrockuptibles. Il publie également plusieurs livres sur le cinéma (notamment sur John Cassavetes et sur David Lynch), et réalise quatre courts-métrages, Le Jour de Noël (1998), Nom de Code : Sacha (2001), Julia et les Hommes (2003) et Buenos Aires Fantasma (2006), deux longs-métrages, Les Invisibles (2005) et Je suis un No Man’s Land (2011), et deux documentaires, L’Age d’or de la musique de film (2010) et Jean Douchet ou l’Art d’aimer (2012).. Il produit et anime Ciné Tempo, une émission consacrée à la musique au cinéma sur France Musique, tous les samedi à 13h. Par ailleurs, il collabore régulièrement au site Blow up-Arte sous la forme de cartes blanches autour de la musique et du cinéma.

 

L'Arlequin

76 rue de Rennes - 75006 Paris 6e arrondissement
  • Prima della Rivoluzione
    Drame (1 H 55 MIN)

    Prima della Rivoluzione

    • 11:00
      VOST